ANATOMIE de L'Oreille

 A. Situation Générale 

L'oreille se situe latéralement de chaque côté du crâne enchâssée dans l'os temporal, l'os qui donne le temps et le rythme de la vie ou rocher (os pétreux : pétra en grec = pierre) et plus précisément dans la pyramide pétreuse. Cet os très solide (un roc) va protéger l'organe sensoriel double de l'audition de l'équilibration.
 

 

 B. Oreille Externe 

Elle est composée principalement du pavillon et du conduit auditif externe : peau recouverte d'un cartilage rigide, comme la pointe du nez.

 Le pavillon est formé de reliefs et de creux sculptant cette oreille de façon harmonieuse contrairement aux oreilles animales sans relief (ex: éléphant ). Cette forme en cornet va permettre d'amplifier les sons de 10 à 15 dB sur les fréquences 155/7000 Hz avec une résonance à 2000 Hz.
- en périphérie : l'hélix formant un bourrelet s'élargissant en bas pour former le lobule. Ensuite un relief concentrique, l'anthélix.
- au centre, la conque ou coquillage qui recueille les sons comme un entonnoir pour les transmettre au conduit qui lui succède.
- en bas, le lobule normalement appendu au pavillon (morceau de chair sans cartilage) lieu d'élection des bouches d'oreilles.

 Le conduit auditif externe est un tuyau faisant suite au pavillon qui va diriger les sons en flux laminaire vers le tympan venant obturer le fond. De direction oblique en avant et souvent vers le haut, il mesure environ 3 cm de long et est constitué d'un tissu fibro-cartilagineux dans sa partie externe (siège des eczémas) et osseux dans sa partie interne. C'est cette région frontière qui est à l'origine des ostéomes du conduit finissant par obstruer le tuyau.

 

 

 C. Oreille Moyenne 

L'oreille moyenne est constituée du tympan et de la caisse contenant les 3 osselets.

 Le tympan est une fine membrane de 0.1 mm d'épaisseur, convexe en dedans et constituée de 3 couches : cutanée externe, fibreuse moyenne et muqueuse interne. Il sépare l'Oreille Externe de l'Oreille Moyenne avec un interface air/air. C'est lui qui va réagir aux modifications de pression entre l'air atmosphérique extérieur et l'air intérieur clos mais renouvelé par la trompe d'Eustache reliant cette caisse au cavum.(arrière des fosses nasales où se trouve les reliquats adénoïdiens du système immunitaire de l'enfant). différents reliefs sont mis en évidence sur cette membrane avec l'ombilic central et le triangle lumineux provoqué par la réflexion d'un rayon lumineux lors d'une otoscopie. Son absence signifie une modification de la qualité tympanique notamment une rigidité avec une inversion de courbure et par conséquent un obscurcissement de l'écoute.

 Les osselets aux nombres de 3 s'articulent mécaniquement pour transmettre le son depuis le tympan jusqu'à l'oreille interne. Le marteau est enchâssé dans la membrane tympanique en faisant corps avec elle au niveau de la longue apophyse ; sa tête est articulée avec l'enclume qui lui fait suite (osselet intermédiaire). La branche descendante de l'enclume est reliée à la tête de l'étrier qui va séparer la vibration sonore en 2 parties au niveau de la latine fixée au pourtour de la fenêtre ovale par un ligament annulaire qui assure l'étanchéité avec les liquides endolymphatiques en réalisant un interface air/eau. Le marteau et l'étrier, osselets liés (marteau avec tympan et étrier avec fenêtre ovale) sont conditionnés par 2 muscles antagonistes lors de la propagation des sons : le muscle du marteau est tenseur du tympan en augmentant la pression de l'oreille interne et le muscle de l'étrier agit à l'inverse en diminuant la pression intra-cochléaire (réflexe stapédien : rôle des protections de l'oreille interne lors de la perception de sons forts). Cette forge auriculaire où la vibration sonore aérienne conditionnée va venir stimuler la cochlée liquidienne permet en outre une amplification de l'amplitude de l'ordre de 40 dB par le jeu du montage columellaire.

 
 

 D. Oreille Interne 

L'oreille interne ou labyrinthe osseux est constituée d'os compact autour du labyrinthe membraneux et séparé de lui par le liquide périlymphatique. Elle est séparée en 2 parties : le labyrinthe postérieur constitué du vestibule et des 3 canaux semi-circulaires et le labyrinthe antérieur ou cochlée (limaçon) s'entourant sur 2 tours et demi de spires et d'une hauteur de 35 mm qui contient la lame des contours qui s'enroule dans le sens anti-horaire pour une oreille droite. Cette coque osseuse est reliée à la caisse tympanique par l'intermédiaire de la fenêtre ovale fermée par la platine de l'étrier et la fenêtre ronde qui permet l'expansion de ces mêmes liquides à l'opposé de la fenêtre ovale.

 La lame des contours ou axe osseux de la spirale qui en coupe, détermine 3 compartiments : la rampe tympanique, la rampe vestibulaire et le canal cochléaire entre les 2 contenants l'organe de corti.

 L'organe de corti est celui de la perception auditive est constitué de cellules sensorielles (cellules ciliées internes ou CCI sur une rangée) et de cellules de soutien (cellules ciliées externes ou CCE disposées sur 3 rangées en forme de V).

 L'utricule sur lequel viennent s'implanter les 3 canaux semi-circulaires présentant un renflement terminal où se situe la zone sensorielle (crête amplullaire de même structure que les macules).

 Le saccule relié à l'utricule. Dans ces formations vestibulaires, on retrouve une unité sensorielle : la macule. Cette région spécifique des parois de ces organes est constituée d'une couche cellulaire engluée au sommet par une couche gélatineuse où repose les otolithes (CACO3). La macule utriculaire fait 30° avec l'horizontale ; la macule sacculaire est perpendiculaire (plan vertical).

 

 

 E. Voie Centrales 

Depuis le nerf auditif à partir du conduit auditif interne, l'influx nerveux sensoriel acoustique se propage vers les relais sous-corticaux en faisant relais à différents niveaux du tronc cérébral (corps genouillé interne, tubercule quadijumeau, complexe olivaire supérieur..) Puis au niveau du thalamus pour se projeter au final au niveau du cortex du gyrus temporal transverse. Il existe une tonotopie à tous les niveaux des relais et aussi du cortex auditif : séparation des sons de fréquences graves et aiguës avec amélioration du message auditif selon le relais (effet stéréophonique, latéralisation de la source sonore, discrimination des différents sons, détection des sons complexes.).